Skip to Content

Wednesday, August 21st, 2019

Bianco – Le Bianco traque trois « exportateurs »

Closed
by September 30, 2017 General

Trois avis de recherche sont lancés par le Bianco contre des présumés responsables dans deux affaires de trafic de bois de rose. Le bouclage des enquêtes sur le dossier Singapour et Zanzibar serait en train.

Wanted. Le Bu­reau indépendant anti-corruption (Bianco) a publié trois avis de recherche, hier. Une initiative pour retrouver trois personnes mises en cause pour des faits de corruption liés à l’exportation illicite d’importantes quantité de nos ressources naturelles dans les régions Sava, Analan­jirofo, courant 2014 et 2015.
Retrouver et entendre les dépositions des personnes indiquées dans les avis de recherche émis, seraient nécessaire pour clôturer le traitement de dossiers importants en cours d’enquête. Conformément à l’alinéa 5 de l’article 45 de la loi sur la lutte contre la corruption, le Bianco requiert le concours de la force publique, pour traquer deux hommes et une femme. Il s’agit de Jean Eddy Maminirina, Soilihi M’ze Zakaria et Laurencia Hantavololona.
Le commandement de la Gendarmerie nationale, la direction générale de la Police nationale, toutes les directions interrégionales de la Sécurité publique, toutes les circonscriptions interrégionales de la Gendarmerie nationale, la police de l’air et des frontières, ainsi, que toutes les branches territoriales du Bianco, sont les destinataires de l’avis de recher­che. Au regard des actes partagés à la presse, ce sont les premiers documents du genre publiés par le Bureau anti-corruption.
L’importance et la portée des affaires dans lesquelles sont mises en cause les trois personnes recherchées, pourraient expliquer la décision de l’organe anti-corruption de les traquer publiquement. Elles seraient, en effet, considérées comme parmi les exportateurs des bois de rose saisis au port de Mombasa, par les autorités kényanes, en 2014, et les rondins saisis, à Singapour, la même année.

Gros bonnets
Les enquêtes sont en train d’être finalisées. Il ne reste plus qu’à entendre la mise en cause respective dans les deux dossiers. Il ne faudrait pas que ces affaires restent en stand-by, car certaines personnes considérées comme figurant parmi les principaux responsables sont introuvables. Telle serait la motivation du lancement de l’avis de recherche. À en croire les indiscrétions, au moins deux des trois personnes recherchées seraient les propriétaires d’une bonne partie des bois précieux saisis en 2014.
La femme aurait déjà été enquêtée par le Bianco, dans le cadre de l’un des deux dossiers précités, puis elle se serait volatilisée dans la nature. Il pourrait s’agir de l’affaire des bois de rose saisis à Mombasa. Cette précieuse cargaison d’une trentaine de conteneurs devait être acheminée à Hong Kong, après un passage par Zanzibar. Après une enquête de deux ans, le Bureau d’Ambohibao, a déféré trois personnes devant de la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), le 5 avril.
Accusés d’actes de corruption inhérents à cette tentative ratée d’exportation illicite de bois précieux, deux des trois prévenus ont été placés sous mandat de dépôt. Le troisième a bénéficié d’une liberté provisoire. Sur l’affaire des trente mille rondins de bois de rose saisis à Singapour, en 2014, le Bureau d’Ambohibao s’attèle, depuis plusieurs mois, à retrouver les responsables locaux du délit. La Justice de la ville-État, a condamné Wong Wee Keong, importateur des bois saisis et sa société dénommée Kong Hoo, en mars.
Les Malgaches, partie prenante à l’exportation illicite des trente mille rondins épinglés à Singapour, semblent, jusqu’ici épargnés. Les investigations menées par le Bianco sont, pour l’heure, la procédure de poursuite connue. Après s’être dépatouillé d’un imbroglio de fausses pistes, de faux papiers et de fausses identités, le Bureau d’Ambo­hibao aurait identifié l’un des propriétaires et exportateurs présumés des bois précieux saisis par les autorités singapouriennes.
Certaines indiscrétions parlent de gros bonnet, pour qualifier le statut de l’une des personnes recherchées dans les enquêtes en cours. Il ne s’agit, cependant, ici que d’un avis de recherche pour acte de corruption. La poursuite pour exportation illicite d’importantes quantités de ressources naturelles serait une autre partie qui ne semble pas encore avoir commencé.

Andry Rialintsalama et Garry Fabrice Ranaivoson

Previous
Next