Skip to Content

INVESTISSEMENT -AVRIL-SEPTEMBRE 2016-FDI EN INDE : Maurice devance Singapour

Closed
by November 11, 2016 General

Un relevé rendu public en cette fin de semaine par le Department of Industrial Policy and Promotion (DIPP) du ministère indien du Commerce et de l’Industrie indique que Maurice a été la première source d’investissements directs étrangers (FDI) vers la Grande péninsule pour la période avril 2016-septembre 2016 avec un montant de l’ordre de USD 5,85 milliards, contre USD 4,68 milliards à Singapour.
La publication de ces données tant attendue par le marché, en particulier par les opérateurs du Global Business, intervient quelques mois après la conclusion d’un accord portant sur l’amendement du traité de non-double imposition (DTAA) entre l’Inde et Maurice et dans le sillage des discussions entre les autorités indiennes et celles d’autres pays en vue de modifier également des traités semblables. Les chiffres officiels montrent que l’Inde a reçu USD 21,6 milliards en termes d’equity inflows pendant la période avril 2016-septembre 2016, soit le premier semestre de l’exercice financier 2016-17. Derrière Maurice et Singapour, qui totalisent presque 50% du montant total, on retrouve le Japon (USD 2,8 milliards), les Pays-Bas (USD 1,6 milliard), les Etats-Unis (USD 1,4 milliard), le Royaume Uni (USD 964 millions), l’Allemagne (USD 588 millions) et Chypre (USD 381 millions).
Selon un autre rapport préliminaire du DIPP, Maurice se retrouvait tout juste derrière Singapour dans le bilan du FDI pour le premier trimestre de l’année financière en cours. D’avril 2016 à juin 2016, le flux en provenance de Maurice se chiffrait à un peu moins de USD 1,9 milliard alors que, dans le cas de Singapour, le montant enregistré était de l’ordre de USD 2 milliards. Pour cette même période, les Pays-Bas arrivaient en troisième position (USD 800 millions), précédant le Japon (USD 281 millions) et le Royaume Uni (USD 312 millions).
La répartition sectorielle des FDI reçus par l’Inde montre que, sur la période avril 2016-septembre 2016, le secteur des « Services » a été le plus ciblé avec un montant de USD 5,3 milliards. Celui des « Télécommunications » occupait la deuxième place (avec USD 2,8 milliards), devant le « Commerce » (USD 1,5 milliard), l’informatique (USD 1,03 milliard) et l’automobile (USD 729 millions).
Le bilan du DIPP concernant le flux de FDI sur la période avril 2000 à septembre 2016 place Maurice largement en position de leader avec un montant totalisant USD 101,8 milliards, soit 33% de la valeur totale. Singapour pointe à la deuxième place avec USD 50,6 milliards (16%), devançant le Royaume-Uni (USD 24,1 milliards, 8%), le Japon (USD 23,8 millions, 8%) et les Etats-Unis (USD 19,4 milliards, 6%).
Rappelons que le DTAA Maurice-Inde avait été amendé cette année avec provision pour l’imposition d’une taxe sur la plus-value réalisée, soit à 50% du taux officiel en vigueur pendant deux ans à partir d’avril 2017. En mars 2019, les autorités fiscales indiennes allaient appliquer la taxe « at full rate ». Le texte amendé faisait ressortir que seules les sociétés basées à Maurice et comptant un certain niveau de dépenses de fonctionnement au plan local bénéficieraient de cet abattement.
De plus, le DTAA amendé fait provision pour que les intérêts perçus en Inde par les banques mauriciennes allaient être sujets à une « witholding tax » au taux de 7,5% sur les prêts accordés après fin mars 2017. Des experts en fiscalité avaient estimé, après la conclusion des négociations portant sur l’amendement du DTAA,  que Maurice était en mesure de conserver un « edge » sur certains pays, en particulier Chypre, en tant que « prefered source of FDI for India », du moins jusqu’à fin mars 2019. Du côté du gouvernement mauricien, on a souhaité que Maurice puisse demeurer « one of the biggest investment routes to India » après la révision du traité.

Previous
Next