Skip to Content

Monday, August 26th, 2019

La course contre-la-montre de Sebastian Vettel

Closed
by September 29, 2017 General

Une roue de guingois, une monoplace rouge désarticulée, contrainte de s’immobiliser dans une zone de dégagement: c’est la dernière image de Sebastian Vettel en course, le 17 septembre à Singapour. 

Ce jour-là, après un énorme “carton” dès le départ, impliquant aussi son coéquipier chez Ferrari, Kimi Raikkönen, et Max Verstappen, l’Allemand a non seulement abandonné pour la première fois de la saison, mais il a surtout cédé de précieux points dans la course au titre, lui qui convoite sa cinquième couronne mondiale.

«Ce qui s’est passé est malheureux pour nous trois, mais il est temps de passer à autre chose», a laconiquement commenté l’intéressé jeudi à Sepang. «Je ne pense jamais à la course précédente lorsque je suis sur la grille de départ, donc je serai simplement concentré dimanche.»

150 points à inscrire d’ici le terme de la saison 2017

Le leader de la Scuderia est désormais “focus” sur le compte à rebours enclenché : il ne dispose que de six Grands Prix pour combler ses 28 points de retard sur Lewis Hamilton dans la course au titre mondial en Formule 1. Ça commence dès ce week-end en Malaisie.

Si rien n’est joué, car Vettel peut théoriquement inscrire 150 points d’ici la fin de la saison, les statistiques ne lui donnent plus que 23% de chances de remporter le championnat. 

Trois Français en course ce week-end

Pierre Gasly pilotera une Toro Rosso à Sepang, ce week-end. Photo AFP
Pierre Gasly pilotera une Toro Rosso à Sepang, ce week-end. Photo AFP

Depuis la saison 2012 et la présence de Charles Pic, Jean-Eric Vergne et Romain Grosjean sur la même grille de départ, on n’avait plus vu un trio de Français en F1. Et avant cela, il fallait remonter à 1996… 

Mais ce week-end, avec la titularisation de Pierre Gasly, champion du monde GP2 2016, en lieu et place de Daniil Kvyat chez Toro Rosso, sans doute lassé des abandons et cartons et répétition du Russe, l’Hexagone comptera bien trois représentants, avec Esteban Ocon et Romain Grosjean.

Pour se remonter le moral, l’Allemand peut puiser dans ses souvenirs: il détient le record de succès en Malaisie (2010, 2011, 2013 et 2015), alors qu’Hamilton ne s’y est imposé qu’une seule fois, en 2014. C’est aussi là qu’il a remporté sa première victoire avec la Scuderia, il y a deux ans et demi, la course étant alors disputée en début de saison.

Mais les points incitant à l’optimisme s’arrêtent là. Le Britannique a déjà remporté sept victoires cette saison, contre quatre seulement pour Vettel. Autre indicateur: jusqu’au Grand Prix d’Italie début septembre, aucun pilote n’avait remporté deux courses de suite. Depuis, la star de Mercedes a empilé trois succès d’affilée.

Un risque de pluie qu’espère Ferrari?

Enfin, si Ferrari a fait de réels progrès cette année en profitant de la nouvelle réglementation pour réduire l’écart, Mercedes dispose toujours de la meilleure voiture. Surtout, l’écurie de Brackley semble mieux armée dans le développement de sa monoplace, afin d’améliorer le moindre détail. Et le tracé rapide de Sepang convient mieux aux Flèches d’argent, plus rapides sur les longues lignes droites que les monoplaces rouge.

Et la Scuderia aurait d’ailleurs tort de se croire la seule en mesure de renverser l’écurie championne en titre, car les Red Bull ont retrouvé l’appétit et veulent bouleverser la dynamique entre les trois «top teams».

Cependant, le circuit situé près de Kuala Lumpur est très technique, avec des virages qui mettent les pneus sous pression, en raison des charges d’accélération latérale, d’un revêtement de piste très abrasif et de la chaleur intense, ce qui peut profiter à Ferrari.

Et les éléments pourraient, pourquoi pas, venir en aide cette fois aux troupes de Maurizio Arrivabene car le risque qu’une averse, souvent torrentielle à Sepang, vienne perturber la course n’est pas écarté.

Le programme du grand-prix de Malaisie

Vendredi:

5h – 6h30 (heures françaises) : essais libres 1
9h – 10h30 : essais libres 2

Samedi:

8h – 9h : essais libres 3
11h – 12h : qualifications

Dimanche:

9h : départ de la course

Previous
Next