Skip to Content

Friday, August 23rd, 2019

Singapour – Le réveillon à un bitcoin ne convainc guère

Closed
by December 31, 2017 General

Limousine, majordomes et vue plongeante sur le feu d’artifice de Singapour… Un bar de la ville-État propose un réveillon du Nouvel An au tarif inhabituel d’un bitcoin. Mais au cours actuel de la monnaie virtuelle, la formule peine à convaincre.

Situé au 45e étage d’un gratte-ciel, Skyline, qui se présente comme «le plus haut club de crypto-monnaie au monde» promet un changement d’année luxueux avec champagne, homard et caviar à ses clients qui s’habilleront en blanc pour cette soirée intitulée «Bianco».

Ce réveillon n’est pas une première pour l’établissement habitué des Saint-Sylvestre sélect. Mais c’est la première fois qu’il propose, en plus de toute sa gamme d’offres normales, une formule premium à un bitcoin. La cryptomonnaie a cependant flambé cette année, manquant de peu en début de semaine dernière d’enfoncer la barre des 20 000 dollars, après avoir commencé 2017 autour de 1 000 dollars.

Et dimanche un seul bitcoin se négociait encore près de 13 000 dollars. Subaish Rajamanickam, gérant de Skyline, a dit avoir reçu de nombreuses demandes d’information au sujet du réveillon à un bitcoin, mais aucune réservation.

Skyline fut le premier club de Singapour à prendre des paiements en cryptomonnaie, en acceptant initialement les règlements en Ethereum, une concurrente de bitcoin. «Nous avons organisé des afters et nous avons même une soirée à thème qui s’appelle Crypto Thursdays » («Les Cryptojeudis»), explique le gérant à l’AFP.

Reste que la majeure partie des transactions au Skyline se font en monnaie traditionnelle, la volatilité des cryptomonnaies alimentant le scepticisme des consommateurs. «Cela coûte trop cher d’acheter de l’alcool ou de régler une transaction avec des cryptomonnaies dans l’environnement actuel», estime Spencer Campbell, un consultant en finance de 47 ans.

(L’essentiel/nxp/afp)</a>

0 Commentaires

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Previous
Next