Skip to Content

Tuesday, October 15th, 2019

La Bastide-de-Besplas. Une famille et des rêves plein la tête

Closed
by July 24, 2017 General

Après avoir vécu une expérience incroyable à l’autre bout du monde, cette famille ariégeoise décide de rendre la pareille et d’accueillir, chez elle, des volontaires pour participer à leur projet de ferme autosuffisante. Une graine et des rêves, en passe de se réaliser…

Dans la série «Que sont-ils devenus», Gaëlle et Guillaume, deux jeunes Ariégeois, habitants la Bastide-de-Besplas, ont plutôt bien réussi. «La Dépêche du Midi» les avait rencontrés, en février 2016, alors qu’ils s’apprêtaient à quitter le département pour voyager à travers le monde aux côtés de leurs trois enfants : Yohan, Chloé et Éléonore.

De fermes bio en écoles, à travers une dizaine de pays, pendant 10 mois, la petite famille a vécu une expérience unique dont l’ensemble des membres en est ressorti grandit. «Nous avons travaillé aux côtés de nos hôtes, appris de nouvelles techniques agricoles mais aussi de construction. Surtout, nous avons partagé des moments simples, mais privilégiés, au quotidien, avec les gens qui nous ont accueillis,», se rappelle Gaëlle. Apprendre à vivre, simplement, avec la culture des autres. Apprendre à relativiser également, sur la vie et le temps qui passe. «Nous avons appris à vivre au jour le jour, à se donner des objectifs à courts termes et à se dire que de toute façon nous n’avons aucune prise sur demain.» Pour ce jeune couple, ce voyage a été avant tout le début d’une nouvelle aventure et non une fin en soi. «L’idée n’était pas de partir, tout plaquer et profiter du voyage. Nous avions une idée derrière la tête, et nous sommes revenus pour la concrétiser.»

Une ferme autosuffisante où accueillir des volontaires

Terminée donc, la vie d’avant. Gaëlle et Guillaume ont quitté leurs jobs respectifs pour se lancer dans un vaste projet : créer, sur le lieu de vie, une ferme autosuffisante ainsi qu’une boulangerie où tout le monde pourra venir chercher son pain, discuter et partager son expérience. Et ce, tout en donnant l’opportunité à des volontaires, qu’ils soient étrangers ou bien locaux, de venir partager leur vie à la ferme.

Déjà, depuis leur retour, cinq personnes se sont succédé chez eux. En ce moment, c’est Kimberley, étudiante vivant à Singapour, qui leur prête main-forte en échange du gîte et du couvert. Au programme, cette semaine, la construction d’une serre en terre paille afin de compléter, petit à petit, la future ferme.

Depuis leur retour, au mois de juin, la famille a déjà aménagé, sur son terrain, un potager en permaculture ainsi qu’un hôtel à insectes. Guillaume a, quant à lui, construit le four à pain qui servira à la boulangerie. Celle-ci devrait ouvrir d’ici trois semaines, le temps de régler les derniers détails administratifs. Car pour ce faire, la famille Durand, avec le soutien d’une famille voisine, a décidé de créer une association, dont le nom fait directement référence à leur philosophie de vie : «Une graine et des rêves». L’idée étant d’avoir une structure adaptée à leur projet. «Se constituer en association, c’est l’occasion pour nous de mener ce projet collectivement, explique Guillaume. Nous ne voulons pas créer une communauté, mais nous ne voulons pas faire cela seul, puisque le cœur du projet, c’est bien l’échange et le partage.»

Lancer une dynamique locale

Pour faire connaître leur association, le couple prévoit d’organiser plusieurs animations au sein du village, dans les jours à venir. Distribuer du pain contre une participation libre, mais aussi des légumes issus de leur potager. Ensuite, dès que la ferme et la boulangerie seront définitivement aménagées, ils prévoient d’organiser des journées de présentation. Et pourquoi pas, même, ouvrir en plus de tout cela, un café associatif.

Ambitieux ? «Certainement pas, on y croit, on va voir ce qu’il va se passer. Grâce à notre voyage, nous avons vu que de belles initiatives pouvaient naître au cœur du désert, dans la jungle ou bien dans des zones de conflits. Tout est possible.»

Après tout, le ciel est la limite.

Pour suivre leur projet : www.unegraineetdesreves.weebly.com – Sur Facebook : www.facebook.com/unegraineetdesreves.


Voyager en famille, c’est possible !

Pour la famille Durand, ce périple a également permis de montrer que voyager en famille, à l’autre bout du monde, est loin d’être impossible. Bien au contraire. Pour certains hôtes, c’était une première. Sur sa page Facebook, où la famille s’est efforcée de conter le récit son voyage, nombreux ont été les retours de familles, désireuses, elles aussi, de vivre une expérience similaire. «Souvent, on nous pose des questions sur la faisabilité, notamment financière, de ce genre de voyage. Mais nous avions un budget de 15 000 € que nous avons tenu. En Lettonie, pour un mois, nous avons seulement dépensé 200 €.» Pour rendre la pareille, le couple a décidé de mettre à jour une partie de son site afin de lister les adresses des hôtes étrangers qui acceptent des familles.

Previous
Next